the descent, l’enfer des coureurs

A l’instar de Latour or Roglic, de plus en plus de coureurs accepter droit dans les yeux cette peur de la descente thu, parfois, les tétanise. If the psychological blockage is unusual, there is a problem with the staff at the end of the day, save it pertinemment that you can never get a grand tour without a descent, on peut définitivement le perdre.

Il n’y a évidemment pas que dans les sprints que les coureurs prennent tous les risques et que les arrivées virent au cauchemar. Les traumatismes sont tellements importants qu’ils peuvent générer chez certain of vrais psychologiques blocages. Ainsi by Pierre Latour que nous trust in 2019 avoir fait un vrai blocage on the descents after the ramp in the United Arab Emirates Tour aux Emirats Arabes Unis :

« A mon return en course, dès que j’arrivals dans un virage, j’avais comme un flash et je revoyais ma kick où je me suis blessé. Du coup, je pilais. » The rééducation de l’ancien coureur d’AG2R aujourd’hui chez TotalEnergies is not limited to recovering the physiquement of the fractures of the deux bras. Elle a rapidement is à travailler sur sa peur ele avec un preparateur mental, en l’occurrence Virginie Jacob Dalla Costa:

« Je connais Pierre depuis qu’il est au training center, nous dictate. La descente never été em spécialité, more than là en faire un blocage, il suffit parfois d’une chute sans gravité pour que ça évolue mal. L’important n’est plus de faire le constat, mais d’agir, de réagir et de mettre en place un protocole qui va lui permettre d’aller au-delà de sa peur ele. »

La descente, une épreuve psychologique pour les cyclistes

Normally très discrète sur la nature du program alors suivi, la psychologue du sport a évidemment vu son ancien patient quitter le dernier Tour du Pays Basque après une glissade vue et revue en boucle sur tous les réseaux sociaux.

and of regret « que les medias en fassent beaucoup trop pour faire le buzz. Parce que beaucoup de jeunes concernent ça et peuvent eux-mêmes être traumatisés et beginr à nourrir un vrai blocage. » Aujourd’hui chez TotalEnergies, Latour a unity team suivie par Fabien Deloche, mental coach based in Annecy, également conseiller de l’equipe feminine de saut à skis et de tous les sportifs en quete de gains marginaux donc susceptibles de prendre les risques .

Avant of décoder les solutions to leverage les blocks, il if réjouit déjà de voir que les cyclistes qui en sont victims l’expriment enfin.

« Longtemps, j’ai été rejeté par les federations or régnait une culture quasi militaire dans l’approche de la peur qu’il ne fallait outbreakut pas nommer. Heureusement, ce n’est plus une faiblesse qu’on cache, c’est une vraie problématique à gérer. Our sommes there pour ça, d’abord pour poser les bonnes questions. Aux coureurs de nous donner les bonnes responses, to determine the conscious or (and) unconscious nature of cette peur. »

Un draginement particulier pour les cyclistes

En faisant toujours du sur-mesure, car « chaque coureur a son propre vécu »c’est à travers des très ciblées techniques, proprioception, relaxation, meditation, soi connaissance, d’hypnose parfois qu’il proposing de lutter contre cette peur-blocage « qui n’est là que pour prévenir d’un danger. Il ne faut donc pas la nier plutôt essayer de l’apprivoiser, without serving pour encore mieux get ready, thanks to un meilleur materiel, un entraînement spécifique, une concentration plus approfondie et ciblée. On va faire en sorte that la peur transcends la concentration. »

En gros, l’idée est d’utiliser cette peur pour affûter tous ses sens, ne pas ascend, étre « ici et maintenant, pour éviter de gamberger en Pensant trop aux éventuelles consequences. » Qui peuvent aussi être purement materielles. « Une peur peut en cacher une autre, explain Fabien Deloche, et être révélatrice d’un malise plus profond : j’ai peur de downre parce que si je tombe, et si je suis obligé d’arrêter le vélo, je n’ai pas de plan B, aucune reconversion prévue. »

« Ils if souviennent des bruits, des odeurs d’une kick… »

Cell peut aussi prévenir d’un ras le bol et d’une send unconscious d’arrêter la compétition, ce que notre intervenant appelle « of sabotage » ! Le plus souvent, il s’agit tout de même de la résurgence d’une chute ancienne, « the réactualisation d’une peur passee » Thu peut aussi resurge après avoir été simplement spectateur d’une kick.

Ainsi d’Andy Schleck qui ne se remit vraiment ever de la mort de son equipier Wouter Weylandt in une descente du Giro 2011. « Le processus est le meme chez les sprinteurs, reschedule Virginie Dalla Costa. Lorsqu’ils vienent me consultant, je suis toujours étonné of the precision with laquelle ils me racontent une scène dont ils ont été les témoins. Ils se remémorent les bruits… on a l’impression d’être devant sa télé tellement ils arrived at the reproduction of the conditions, jusqu’aux odeurs parfois qu’ils sentent encore. »

Désormais bien identifiée et reconnue par le milieu, la peur de la descendent n’en demeure pas moins un vrai frein à l’ambition de ceux qui ne parviennent pas à la surmonter. Pour y parvenir, Pierre Latour avait effectué a stage avec a spécialiste espagnol de la descente in 2019. « parce that les coureurs sont des éponges émotionnelles et sont aussi capacities of prendre en charge des peurs qui ne sont pas les leurs » concludes Fabien Deloche comme pour bien nous faire comprendre that la peur de la descente n’est pas qu’une question of trajectory.

Leave a Comment

%d bloggers like this: