Cycling. Ces équipes et coureurs qui roulent sans argent – Cyclisme



Le monde du cyclisme, dit professionnel, is divided into three categories. The pyramid’s sommet, managed by the Union Cycliste Internationale, featured 18 WorldTeams teams (1st division), suivies from 17 ProTeams (2nd division). Et derrière, il ya 143 Continentales (3rd division).

Cette category regorge d’équipes shoots réparties aux quatre coins du monde. Certaines sont professionnelles, d’autres pas; certain solid budgets, d’autres n’ont pas de moyens; certain, with me les réserves des WorldTeams, ont a veritable project sportif à offrir à de jeunes coureurs en devenir, d’autres courent là où elles sont invitées with des coureurs au profil atypique et au parcours singulier.

« I have proposed d’apporter un peu d’argent »

Grand connoisseur of cycling, Jean-François Quénet parcourt le monde. Le Finistérien connaît très bien ce cyclisme des «petites» Continentales.

« En cyclisme, il y toujours eu des ambitieux et des rêveurs qui, ne trouvant pas leur place par la voie normale, cherchent des voies détournées. Pour des coureurs qui n’auront ever de contrat in vraies équipes, il ya ce système appelé Continentale qui leur permet de Courir pour rien or pour éventuellement un velo. Certain are my personal sponsors and are eux-mêmes funders of your cycling activity ».

C’est exactly ce qu’a fait Gabriel Muller. Jusqu’à ses 30 ans, ce Parisien n’avait never fait de velo. Trois ans later, il rejoignait une Continentale luxembourgeoise. «I already proposed d’apporter un peu d’argent», he explained to Vélo Magazine. Après des débuts laborieux, Gabriel Muller heard it on his rêve. Il porte aujourd’hui les couleurs de l’équipe espagnole Burgos BH (ProTeam), après être passé dans les rangs de Cambodia Cycling Academy, franco-cambodgienne formation born in 2020 and launched in 2021.

« Pas un galérien du velo, un passionné »

Cambodia is continuing in Bretagne puisqu’il s’agit de la formation that avait rejointe le Costarmoricain Johan Le Bon in December 2020, alor que son contrat dans l’equipe professionnelle B & B Hôtels n’avait pas été renouvelé. The particularity of Cambodia ? Ne pas payer ses coureurs. « Il ya 150 équipes dans le monde où les coureurs ne sont pas payés. Il n’y a qu’en France qu’il ya un minimum wage in Continentale. Moi, je voulais continue de courir. Don’t consider me pas like a galérien du velo more like a passionné de velo. Il n’était pas question d’arrêter, je veux prouver ma valeur », racontait le Lannionnais dans in the colonnes, en février dernier, à la veille de l’Étoile de Bessèges, seule course qu’il a faite avec l’équipe avant de rejoindre les rangs amateurs.

Johan Le Bon n’est le seul avoir voulu prolonger son histoire avec le peloton professionnel. L’Italien Davide Rebellin (50 years old), author of a triple Amstel Gold Race, Flèche Wallonne et Liège-Bastogne-Liège in 2004, porte les couleurs de Work Service Vitalcare Vega, continental Italian formation.

« Dans ces équipes, on retrouve des coureurs qui ont passed the category espoirs et qui ne passeront pas pro par la filière traditional. Derrière, c’est soit une bouée de sauvetage, soit prolonger l’illusion, soit profiter de voyager», number Jean-François Quénet.

« Ça m’apporte beaucoup sur le plan humain »

Le voyage, l’envie de barouder, c’est l’histoire de Matthieu Jeannes. In February 2020, the coureur de Saint-Yvi contacts the bonheur d’avoir disputes the Tour de Colombie with the American team, Team Illuminate, où il avait pu courir with the Colombien Egan Bernal, vainqueur du Tour de France 2019, and other world champion Julian Alaphilippe. « C’est un autre monde, un autre niveau, more ça me permet de côtoyer des grosses équipes. C’est toujours bien de voir du pays, même s’il n’y a pas forcément les performances sportives. Ça m’apporte beaucoup sur le plan humain », contact le globe-trotter.

If the «small» teams of Continental Peuvents have a passport for the adventure, they will be able to serve an éviter pour a jeune voulant passer pro. « Ce serait l’interrement de première class, assures Quénet. Il vaut mieux passer par une bonne Conti européenne ».

« Sportivement, they are harmless »

Comment ces « petites » teams sont-elles perçues par les educations professionnelles ? «Pas très bien car les pros doivent répondre a des critères que n’ont pas toutes les Continentales, as stated by Jean-François Quénet. In reality, the difference of moyens is great tellement that, sportivement, they are inoffensives, outbreakut les deux dernières saisons où avec la covid, they ont moins couru qu’avant et l’écart les séparant des équipes professionnelles a encore augmenté. Source Les Continentales un peu partie du folklore. Elles ne prennent la place de personne ».

Toute l’actualite du cyclisme

Leave a Comment

%d bloggers like this: